Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

Domestic Rituals of the Atharvaveda in the Paippalāda Tradition of Orissa: Śrīdhara’s Vivāhādikarmapañjikā

Volume I: Book One, Part One: General Prescriptions

Arlo GRIFFITHS, Shilpa SUMANT

Collection : Collection Indologie

Numéro de collection: 135

Éditeur: Griffiths (Arlo), Sumant (Shilpa)

Édition: EFEO, Institut français de Pondichéry (IFP)

Année de parution: 2018

Statut : Disponible

35,00

ISBN-13 : 9782855392271

ISSN : 0073-8352

Largeur : 17 cm

Hauteur : 24 cm

Poids : 0.6 kg

Nombre de pages : 310

Distributeur : EFEO Diffusion, EFEO Pondichéry Contact : shanti@efeo-pondicherry.org

Géographie : Inde

Langue : Anglais, Sanskrit

Support : Papier

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Résumé

La Karmapañjikā est un manuel prescrivant les rites domestiques dans la tradition Paippalāda de l’Atharvaveda. Le texte, qui revendique son adhésion à un Sūtra de Paiṭhīnasi, fut composé en Orissa au XVIe siècle de notre ère par un certain Śrīdhara, dont on ne sait rien par ailleurs. Son ouvrage, témoin précieux de la tradition atharvavédique dans la période médiévale tardive, conserve des traits archaïques remontant à l’époque védique tout en témoignant d’une forte influence de diverses traditions non védiques présentes dans cette région de l’Inde orientale. L’édition critique, qui comptera en totalité trois tomes, s’appuie sur six manuscrits sur ôles en écriture oriya. Ce premier volume contient une introduction détaillée, suivie par l’édition des neuf premiers chapitres du texte, qui décrivent les paradigmes généraux du rituel domestique dans cette tradition.

À propos de la collection

Collection Indologie

Les éditions critiques et traductions de sources primaires jusqu'ici inédites qui constituent les principaux résultats de notre stimulant projet « Early Tantra » sur le tantrisme ancien ont commencé à paraître dans la présente collection.
Avec cette sous-collection, lancée en 2015 au sein de la « Collection Indologie », nous publions les résultats d'un projet franco-allemand financé de 2008 jusqu'en 2011 par l'Agence Nationale pour la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Le nom de la sous-collection reflète le titre de ce projet : « Early Tantra: Discovering the interrelationships and common ritual syntax of the Śaiva, Buddhist, Vaiṣṇava and Saura traditions ». Notre but était d'étudier les relations entre les traditions tantriques à travers des sources fondamentales, que nous éditons pour la première fois. Les trois premiers volumes sont parus au cours de l'été 2015.
Ce volume vient les compléter en rassemblant les fruits, directs et indirects, des intenses discussions qui animèrent les ateliers du projet. En introduction est proposée une synthèse de nos découvertes concernant la « syntaxe rituelle commune » des plus anciens ouvrages connus des traditions tantriques, en particulier le Mañjuśriyamūlakalpa, du côté bouddhique, et la Niśvāsatattvasaṃhitā, du côté du shivaïsme. Sept autres contributions, par Dominic Goodall, Peter Bisschop, Judit Törzsök, Diwakar Acharya, Anna A. Ślączka, Libbie Mills et Péter-Dániel Szántó, apportent des lumières sur des sujets variés : les tattvas shivaïtes et leur évolution, les temples aux yoginīs, les divinités-alphabets, un traité ancien de magie liée aux serpents, les enseignements iconographiques des pratiṣṭhātantras anciens, les implications de l'emploi du système de la bhūtasaṅkhyā et un fragment de sādhana tantrique bouddhique.

À propos de l'éditeur

Griffiths (Arlo)

New York, 1976

Membre de l'EFEO depuis 2008

Après une formation en indianisme (spécialité : sanskrit) aux universités de Leyde et de Harvard, Arlo Griffiths  obtient une bourse doctorale lui permettant de poursuivre des recherches en philologie védique. Il se consacre à l’étude de la tradition Paippalāda de l’Atharvaveda, toujours vivante en Orissa (Inde) jusqu’à nos jours. Il apprend sur le terrain la langue (indo-aryenne) oriya et commence à s’intéresser aussi à  des traditions autres que celles brahmaniques. En marge de ses recherches doctorales, il poursuit quelques activités dans le domaine de la linguistique descriptive des langues tribales de la région, notamment celles qui appartiennent au groupe « munda », branche de la famille austroasiatique. Toujours actif comme indianiste-védisant, il infléchit ces recherches de plus en plus vers le sud-est asiatique, notamment les documents épigraphiques aussi bien en langue sanskrite qu’en langues vernaculaires austroasiatiques et austronésiennes (vieux-khmer, vx.-cham, vx.-javanais). Ses priorités sont la publication de documents manuscrits et épigraphiques inédits, sous forme d’édition critique, et leur exploitation  d’un point de vue historique.

Après avoir obtenu son doctorat à l’université de Leyde en 2004, Arlo Griffiths est nommé maître de conférences en religions de l’Inde à l’université de Groningue ; l’année suivante, en 2005, il retourne à Leyde, y ayant accepté la chaire de sanskrit. Il entre à l’EFEO en 2008, et est affecté à son centre de Jakarta depuis janvier 2009

Sumant (Shilpa)

Shilpa Sumant a soutenu en 2007 sa thèse de doctorat en sanskrit au Tilak Maharashtra Vidyapeeth de Pune. Depuis 2009, elle est coéditrice au sein du Sanskrit Dictionary Project du Deccan College Post Graduate and Research Institute, également de Pune. En 2014, elle a rejoint le conseil d’administration du Bhandarkar Oriental Research Institute (BORI), et compte actuellement parmi les rédacteurs de sa revue, les Annals of the BORI.

Livres similaires