Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

Identités, marges, médiations

Regards croisés sur la société japonaise ; actes des trois tables rondes franco-japonaises 1997-1998.

WAKITA Haruko, Anne BOUCHY, Pierre F. SOUYRI, Jean-Pierre BERTHON, SUZUKI Masataka, MORI Hiroko, TAIRA Masayuki, KYŌRAKU Mahoko, NARITA Ryūichi, ŌI Takeshi, SHIMAZONO Susumu, KAWAMURA Kunimitsu, HYŌdŌ Hiromi, FUJIMORI Bunkichi, TAKEDA Sachiko, MATSUOKA Shinpei

Collection : Japon

Numéro de collection: 12

Éditeur: Berthon (Jean-Pierre), Bouchy (Anne), Souyri (Pierre François)

Édition: EFEO

Année de parution: 2001

Statut : Disponible

35,00

ISBN-13 : 9782855396095

ISSN : 1269-8067

Largeur : 18,5 cm

Hauteur : 27,5 cm

Poids : 0,74 kg

Nombre de pages : 318

Distributeur : EFEO Diffusion

Géographie : Japon

Langue : Français

Lieu : Paris

Support : Papier

Description :

318 p., ill., cartes, 28 cm.

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Résumé

Identités, marges, médiations
Regards croisés sur la société japonaise
 
Le présent volume est le fruit d’un programme de travail organisé entre 1994 et 1999, dans le cadre de l’Ecole française d’Extrême-Orient, par une équipe de chercheurs français et japonais. Le thème choisi fait écho aux développements actuels des sciences sociales, tant en France qu’au Japon. Conçu comme une approche pluridisciplinaire des problèmes d’identité et d’altérité, le projet vise à la fois à apporter un éclairage nouveau sur des dynamismes sociaux complexes en jeu dans la société japonaise, et à ouvrir un dialogue « Europe-Asie ». Les dix-sept communications données au cours des tables rondes sont réunies ici, avec leurs commentaires par des chercheurs français spécialistes de l’Europe et de l’Asie, ainsi que le résumé des discussions qui les ont suivies. Au-delà de la richesse et de la diversité des informations qu’ils apportent, ces textes donneront aux lecteurs, comme l’espèrent les éditeurs, un aperçu de la stimulation que ces rencontres ont suscitée.

Table des matières

Avant-propos
 
Première partie
Formation de l’espace central
 
- Les capitales
 
Le “discours de la capitale » : le cas de Heian
KYŌRAKU Mahoko (traduit par Anne BOUCHY)
Résumé du commentaire de Michel CARTIER
 
La « capitale » : naissance de Tōkyō
NARITA Ryūichi (traduit par Pierre F. SOUYRI)
Résumé du commentaire de Paul-André ROSENTAL
 
- Le temps, le mythe, le politique
 
Les noms d’ères (nengō) : indices d’autonomie et de dépendance
ŌI Takeshi (traduit par Jean-Pierre BERTHON)
Résumé du commentaire de François HARTOG
 
Les légendes de l’impératrice Jingū en terre de Kyūshū
MORI Hiroko (traduit par Anne BOUCHY)
Résumé du commentaire de François MACÉ
 
- Identité nationale et théories religieuse
 
INOUE Tetsujirō (1855-1944) et la théorie d’une « religion japonaise »
SHIMAZONO Susumu (traduit par Jean-Pierre BERTHON)
Résumé du commentaire de Jean BAUBÉROT
 
Deuxième partie
Marges, Ordres et transgression
 
- Des médiateurs entre les dieux, les âmes et les hommes
 
Les montagnes seront-elles désertées par les dieux ?
L’altérité et les processus de construction d’identité chez les spécialistes du contact direct avec les dieux et les esprits au Japon
Anne BOUCHY
Commentaire de Giordana CHARUTY
 
Fusha, Les spécialistes du contact direct avec les esprits protecteurs
KAWAMURA Kunimitsu (traduit par Anne BOUCHY)
Résumé du commentaire d’Anne-Marie LOSONCZY
 
- Dire, conter, faire lire : construction du récit en milieu populaire
 
Les Artistes ambulants aux XIXe – XXe siècles : récitatifs et ordre social
HYŌdŌ Hiromi (traduit par Anne BOUCHY)
Commentaire de Catherine VELAY-VALLANTIN
 
Techniques de fabrication et de diffusion des livres à l’époque d’Edo
FUJIMORI Bunkichi
Commentaire de Roger CHARTIER : Gutenberg vu de l’Est
 
- Interdits et discrimination
 
Tabous et alimentation carnée dans l’histoire du Japon
TAIRA Masayuki (traduit par Pierre F. SOUYRI)
Commentaire de Charles de MIRAMON : Tabous alimentaires entre Japon et Europe médiévale
 
Troisième partie
Systèmes de représentation et société
 
- Religion et imaginaire social
 
Les mouvements religieux de « réparation du monde »
Jean-Pierre BERTHON
Résumé du commentaire de Françoise CHAMPION
 
Le chamanisme japonais en transition
SUZUKI Masataka (traduit par Anne BOUCHY)
Commentaire de Gilles TARABOUT : La possession, catégories et ransformations
 
- Le pouvoir et les représentations du féminin et du masculin
 
Costume masculin et monarchie
TAKEDA Sachiko (traduit par Anne BOUCHY)
Résumé du commentaire d’Alain Bourreau
 
Les Chigo, ou éphèbes, et le système impérial au Japon
MATSUOKA Shinpei (traduit par Christophe SABOURET)
Commentaire d’Éric BOURNAZEL
 
- Organisation sociale et identités
 
Le nō – rituel propitiatoire – et les communautés locales
WAKITA Haruko (traduit Pierre F. SOUYRI et Anne BOUCHY)
Résumé du commentaire Florence DUPONT
 
Communes, autonomie et ninja dans le sud du Kinai au XVIe siècle
Pierre F. SOUYRI
Commentaire de Michel COLARDELLE
 
Cartes
Les membres de l’équipe
Programme des trois tables rondes

À propos de la collection

Japon

A l'occasion de la tenue du festival d'histoire de l'Art de Fontainebleau dont le pays invité est, cette année, le Japon. Venez découvrir ou re-découvrir les publications de l'École française d'Extrême-Orient traitant de ce beau pays.

À propos de l'éditeur

Bouchy (Anne)

Directrice d'études à l'École française d'Extrême-Orient (EFEO)
Unité de recherche EFEO : Systèmes de pensées et pratiques : diffusion, échange, adaptation

Ethnologue, dont les recherches sont centrées depuis 1972 sur la société japonaise, Anne Bouchy est entrée à l'EFEO en 1994 ; elle est responsable depuis 2002 d'enseignement et de formation à la recherche en ethnologie du Japon dans le cadre de l'École doctorale de l'Université de Toulouse le Mirail et de l'EHESS.

Partie pour le Japon en 1972, après des études d'ethnologie en France et une maîtrise spécialisée d'ethnologie, elle y réside en permanence jusqu'en 1988. Elle reçoit une formation en ethnologie et ethnologie historique du Japon à l'université japonaise où elle enseigne ensuite cette discipline, et dans le cadre de travaux de terrain collectifs et individuels. Cette double approche de la discipline et l'immersion dans une société asiatique en profonde transformation dans ces années 1970, conduisent alors l'ethnologue européen à reconsidérer aussi ses propres méthodes de travail et ses objectifs. La question des rapports de l'ethnologie et de l'histoire, notamment, est à l'ordre du jour dans ce pays détenteur d'une longue tradition de l'histoire écrite, qui découvre alors l'apport du courant des Annales. Ensuite, la confrontation entre l'héritage des folkloristes, les nouvelles études d'ethnologie du Japon et celles de l'anthropologie japonaise inspirées par les recherches occidentales abondamment traduites, incite chercheurs japonais et non japonais à rechercher des méthodes et des convergences nouvelles. Enfin la remise en question de la vision consensuelle d'un Japon « continental », rizicole et socialement homogène, qu'engage alors tout un nouveau courant de la recherche japonaise, est un stimulant pour le réexamen des objets et des problématiques.
Dans ce contexte, Anne Bouchy oriente principalement ses travaux sur le fait religieux, notamment le shugendô (voie des pouvoirs acquis par l'ascèse dans les montagnes), les cultes oraculaires et leurs spécialistes, l'univers religieux des gens de mer, ainsi que sur les communautés locales. Un ouvrage en japonais sur la tradition de l'abandon du corps (Shashin gyôja Jitsukaga no shugendô [Le shugendô de Jitsukaga, ascète de l'abandon du corps], 1977), de nombreux articles dans cette même langue, des interventions orales et des travaux en équipe jalonnent son dialogue avec les chercheurs japonais. Les résultats de ses travaux font aussi l'objet de présentations en français et en anglais avec un DEA, un doctorat en études extrême-orientales en 1980 à Paris-VII (Tokuhon, ascète du nenbutsu - Dans le cadre d'une étude sur les religieux errants de l'époque d'Edo, EPHE, Ve section, 1983) et des articles. De retour en France, elle publie Les oracles de Shirataka - ou la sibylle d'Osaka : vie d'une femme spécialiste de la possession dans le Japon du XXe siècle (Prix Alexandra David-Neel 1993).
Dans le cadre de l'EFEO, elle organise à partir de 1994 plusieurs programmes franco-japonais de recherche pluridisciplinaire : 1995-1999 : « Identités, marges, médiations » ; 2000 - 2003 : « Légitimités, légitimations » ; 2004 - 2012 : « Entre ‘dehors' et ‘dedans' : les dynamiques socioculturelles au Japon » - travail de terrain collectif dans une commune du nord de Kyûshû avec les membres de l'équipe franco-japonaise et des étudiants de l'UTM, dont la publication des résultats est prévue sous forme d'un volume d'articles édité par A. Bouchy comme numéro spécial des Cahiers d'Extrême Asie (EFEO-Kyôto) ; depuis 2013, lancement d'un nouveau programme « Rapports à l'environnement dans les mégalopoles et les communautés locales japonaises contemporaines ». Depuis 2005, en coordination avec le Center of Excellence de l'université de Tôkyô (COE), elle participe au programme de recherche « Etudes sur la mort et la vie » et co-organise plusieurs colloques internationaux réunissant au Japon et en France les enseignants chercheurs d'universités japonaises, de l'EFEO, de l'université de Toulouse le Mirail, du CNRS.

Livres similaires