Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

The Niśvāsatattvasaṃhitā. The Earliest Surviving Śaiva Tantra

Volume 1. A Critical Edition & Annotated Translation of the Mūlasūtra, Uttarasūtra & Nayasūtra

Alexis SANDERSON

Collection : Collection Indologie

Numéro de collection: 128

Éditeur: Goodall (Dominic)

Édition: EFEO, Institut français de Pondichéry (IFP), Asien-Afrika-Institut, Universität Hamburg

Année de parution: 2015

Statut : Disponible

52,00

ISBN-13 : 978-2-85539-151-9

ISSN : 0073-8352

Largeur : 17,5 cm

Hauteur : 25 cm

Poids : 1,3 kg

Nombre de pages : 662

Distributeur : EFEO Pondichéry Contact : shanti@efeo-pondicherry.org, distributeur online : scholarswithoutborders@gmail.com, distributeur Chennai : jibh.rkc@gmail.com

Géographie : Inde

Langue : Anglais, Sanskrit

Lieu : Pondichéry

Support : Papier

Description :

662 p., ISBN (IFP) : 978 81 8470 205 7

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Résumé

Parvenue jusqu’à nous dans un manuscrit népalais du IXe siècle remarquablement préservé, la Niśvāsatattvasaṃhitā est reconnue aujourd’hui comme ce qui est probablement le plus ancien texte révélé du Mantramārga conservé dans son intégralité. Bien que les chercheurs furent nombreux, tout au long du XXe siècle, à mentionner l’importance historique de cet ouvrage, c’est la première fois qu’il est publié. Ce volume contient l’édition critique et la traduction anglaise annotée des trois strates les plus anciennes de l’ouvrage : le Mūlasūtra, l’Uttarasūtra et le Nayasūtra. Les sujets abordés sont notamment la cosmologie, les rituels d’adoration et d’initiation, le yoga. Une longue introduction tente de situer ces sūtra dans leur contexte, en examinant en particulier les témoignages susceptibles d’indiquer leur date. Suivent un résumé de leur contenu, une description du manuscrit ancien et de ses trois apographes du XXe siècle, ainsi qu’un examen des écarts de la langue du Niśvāsa par rapport aux normes paninéennes.

À propos de la collection

Collection Indologie

Les éditions critiques et traductions de sources primaires jusqu'ici inédites qui constituent les principaux résultats de notre stimulant projet « Early Tantra » sur le tantrisme ancien ont commencé à paraître dans la présente collection.
Avec cette sous-collection, lancée en 2015 au sein de la « Collection Indologie », nous publions les résultats d'un projet franco-allemand financé de 2008 jusqu'en 2011 par l'Agence Nationale pour la Recherche et la Deutsche Forschungsgemeinschaft. Le nom de la sous-collection reflète le titre de ce projet : « Early Tantra: Discovering the interrelationships and common ritual syntax of the Śaiva, Buddhist, Vaiṣṇava and Saura traditions ». Notre but était d'étudier les relations entre les traditions tantriques à travers des sources fondamentales, que nous éditons pour la première fois. Les trois premiers volumes sont parus au cours de l'été 2015.
Ce volume vient les compléter en rassemblant les fruits, directs et indirects, des intenses discussions qui animèrent les ateliers du projet. En introduction est proposée une synthèse de nos découvertes concernant la « syntaxe rituelle commune » des plus anciens ouvrages connus des traditions tantriques, en particulier le Mañjuśriyamūlakalpa, du côté bouddhique, et la Niśvāsatattvasaṃhitā, du côté du shivaïsme. Sept autres contributions, par Dominic Goodall, Peter Bisschop, Judit Törzsök, Diwakar Acharya, Anna A. Ślączka, Libbie Mills et Péter-Dániel Szántó, apportent des lumières sur des sujets variés : les tattvas shivaïtes et leur évolution, les temples aux yoginīs, les divinités-alphabets, un traité ancien de magie liée aux serpents, les enseignements iconographiques des pratiṣṭhātantras anciens, les implications de l'emploi du système de la bhūtasaṅkhyā et un fragment de sādhana tantrique bouddhique.

À propos de l'éditeur

Goodall (Dominic)

Membre de l’EFEO depuis 2000.

Né à Londres en 1967, Dominic Goodall a étudié le grec et le latin, puis le sanskrit au Pembroke College, Oxford. Après son Bachelor of Arts (Sanskrit with Pali, 1990), il a été initié au tamoul médiéval par le professeur S. A. Srinivasan, à l'université de Hambourg (1990-1991). Il est ensuite retourné à Oxford, au Wolfson College, pour y faire un doctorat sous la direction du professeur Alexis Sanderson portant sur l'école théologique du Śaivasiddhānta dans le Cachemire du Xe siècle. Sa thèse achevée (1995), il a été allocataire de recherches à l'Institut français de Pondichéry pendant deux ans (1996-1997), après quoi il est revenu à Oxford en qualité de Wolfson College Junior Research Fellow of Indology (1998-2000). Membre de l'EFEO depuis septembre 2000, il a dirigé le centre EFEO de Pondichéry de 2002 jusqu’en 2011.

Après quatre années à Paris (2011-2015), où il animait des séminaires à l’École pratique des hautes études (Section des sciences religieuses), notamment sur le shivaïsme et sur les inscriptions du Cambodge, il est actuellement affecté de nouveau à Pondichéry.

Parmi ses publications, plusieurs présentent des éditions et traductions d'ouvrages de poésie en sanskrit et de tantras et commentaires théologiques jusqu'ici inédits. 

Il co-dirige, avec Mme Marion Rastelli de l’Académie Autrichienne des Sciences, le dictionnaire viennois de la terminologie tantrique hindoue, le
Tāntrikābhidhānakośa, et il contribue à l'Encyclopaedia of Manuscript Cultures in Asia and Africa (EMCAA), qui se prépare à Hambourg.

En mai 2016, il a été élu membre correspondent étranger de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.

Livres similaires