Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

Au point du jour. Les prabhātiyāṃ de Narasiṃha Mahetā

poète et saint vishnouite du Gujarāt, XVe siècle

Françoise MALLISON

Collection : Monographies / PEFEO

Numéro de collection: 148

Éditeur: Mallison (Françoise)

Édition: EFEO

Année de parution: 1986

Statut : Disponible

29,00

ISBN : 2-85539-748-0

ISBN-13 : 9782855397481

ISSN : 0768-3944

Largeur : 19 cm

Hauteur : 28 cm

Poids : 0.56 kg

Nombre de pages : 192

Distributeur : EFEO Diffusion

Géographie : Inde

Langue : Français

Lieu : Paris

Support : Papier

Description :

190 p., 28 cm.

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Résumé

Le Gujarāt vénère en Narasiṃha Mahetā son plus grand poète, son ādi kavi. Narasiṃha ne fut pas, de fait, le premier. Les découvertes de la fin du XIXe et du début du XXe siècle dans les Bhaṃḍāra jaina ont révélé toute une littérature oubliée datant du XIIe siècle. Mais il reste vrai que Narasiṃha est le premier poète dont l’œuvre a été transmise de génération en génération et garde de nos jours encore la faveur des Gujarātī…

Table des matières

Avant-propos
Note sur les règles de transcription adoptées
Liste des sigles
Bibliographie
 
Introduction
 
Chapitre I. – Vie de Narasiṃha Mahetā ou l’histoire d’une hagiographie
  Autobiographie de Narasiṃha Mahetā
  Vie légendaire de Narasiṃha Mahetā
  Témoignages personnels de Narasiṃha
  Hagiographies littéraires de Narasiṃha Mahetā
  Le Narasiṃha Mahetāno coro à Jūnāgaḍha
  Controverses à propos de la bibliographie de Narasiṃha Mahetā
  Narasiṃha et la secte de Vallabhācārya
  Témoignages historiques contemporains de Narasiṃha Mahetā au Saurāṣṭra
  Narasiṃha Mahetā en dehors du Gujarāt
  Conclusion
 
Chapitre II. – L’œuvre de Narasiṃha Mahetā et les Prabhātiyāṃ
  Transmission de l’œuvre de Narasiṃha Mahetā
  Éditions de l’œuvre de Narasiṃha Mahetā
  Les Prabhātiyāṃ Définition d’un prabhātiyuṃ
  Sur quelle base assembler un corpus de prabhātiyāṃ
 
Chapitre III. – Bhakta Narasī
  Le monisme védantin de Narasiṃha
  Narasiṃha et Kṛṣṇa-Gopāla
  Narasiṃha et la bhakti des Sant
  Conclusion
 
Chapitre IV. – Notes préliminaires aux textes édités
  Classement des textes
  Édition des textes
 
Prabhātiyāṃ
 
I. Mise en garde contre le sommeil de l’esprit
II. Appel à la grâce divine
III. Grandeur du nom divin
IV. Louange des saints
V. Éloge du kīrtana
VI. Contre le savoir inutile et les fausses pratiques
VII. Adoration de Kṛṣṇa-Viṣṇu
VIII. Méditation de l’Absolu
 
Appendice I. Exemples de pada en mètre jhūlaṇā ayant pour thème la « Méditation de l’Absolu », inédit dans KS
 
Appendice II. Exemples de pada non en mètre jhūlaṇā, considérés comme prabhātiyāṃ par la tradition orale
 
Liste des errata dans l’édition des textes gujarātī.
Table des incipit gujarātī.
Index des noms communs, des noms propres, des noms de lieux et des titres d’ouvrages.
Index des mots ou expressions rares, insolites ou traditionnels cités en notes dans les traductions des prabhātiyāṃ.
Table des matières

À propos de l'éditeur

Mallison (Françoise)

 Lyon, 1940

Membre de l'EFEO de 1971 à 1994

Entrée en octobre 1960 à l'École nationale des Chartes, Françoise Mallison a reçu une formation de chercheur médiéviste qui l'amena à soutenir une thèse sur « Le cartulaire de l'abbaye de Signy, ordre de Cîteaux, au diocèse de Reims » et à exercer des fonctions de conservateur d'archives en poste aux Archives nationales (1964-67 et 1969-71). Parallèlement à l'École des Chartes, elle a suivi un enseignement de hindi à l'École nationale des langues orientales vivantes à partir de 1962, puis a assisté et participé aux conférences de Ch. Vaudeville (IVe section de l'École pratique des hautes études), sous la direction de qui elle a soutenu une thèse de IIIe cycle « Satî-Gîtâ, le chant de la femme fidèle, traduction de la version gujarati « (déc. 1969), après avoir reçu un complément de formation indianiste à la Sorbonne et effectué un premier séjour en Inde à Poona (centre de l'EFEO). Elle a été détachée des Archives de France comme membre scientifique de l'École en août 1971 et a dirigé le centre de Poona de 1971 à 1977. De retour en France, elle a donné un enseignement d'abord comme chargée de conférence à la IVe section de l'École pratique des hautes études, puis a succédé à Ch. Vaudeville dans une direction d'études intitulée « Histoire et philologie de l'Inde occidentale au Moyen Âge ». Maître de recherche en juillet 1989, elle a quitté l'EFEO en octobre 1994.

Les littératures médiévales et pré-modernes de l'Inde du Nord occidentale forment son domaine de recherche avec une spécialisation en gujarati. Ce champ des études indiennes encore jeune est loin d'avoir recensé la totalité des textes existants, oraux ou manuscrits. F. Mallison découvre sur le terrain puis établit, interprète et analyse des textes qui sont l'expression privilégiée de l'histoire culturelle de l'Inde du dernier millénaire : hymnologies (Prabhâtiyâm du vishnouite gujarati Narasimha Mahetâ, XVe siècle ; ginân gujarati des ismaéliens satpanthi, XIIIe-XIXe siècles, par exemple) et des hagiographies ainsi que des adaptations vernaculaires de la tradition sanskrite (Bhâgavatapurâna et Râmâyana). La transmission mi-orale mi-écrite de ce type de textes, incertaine ou chaotique, rend illusoire la reconstitution d'un texte originel et oblige à repenser, en tenant compte des nouveaux moyens informatiques, les critères reçus de l'édition philologique. F. Mallison a contribué aux débats méthodologiques menés au plan international depuis la fin des années 1970 dans le cadre des colloques tri-annuels européens sur les littératures médiévales dévotionnelles en langues néo-indo-aryennes (organisation du 5e de ces colloques à Paris sous les auspices de l'EFEO en 1991).

L'exploitation des textes (problème de leur établissement) lui a permis de contribuer à réaffirmer le caractère hybride indo-musulman souvent occulté de la culture indienne médiévale et à inscrire ses recherches dans le courant qui consiste à reprendre en profondeur l'histoire de l'Inde régionale.

La création par F. Mallison à la IVe section de l'École pratique des hautes études, avec F. Gros directeur d'études et ancien directeur de l'EFEO, d'une équipe de recherches « Inde médiévale et moderne : textes et contextes » (1992) offre, en l'absence d'infrastructure universitaire, un lieu d'accueil aux études textuelles pré-modernes de l'Inde et une plate-forme pour les spécialistes étrangers de ce domaine venant en France.

Livres similaires