Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

Wu-Shang Pi-Yao

Somme taoïste du VIe siècle

John LAGERWEY

Collection : Monographies / PEFEO

Numéro de collection: 124

Éditeur: Lagerwey (John)

Édition: EFEO

Année de parution: 1981

Statut : Disponible

41,00

ISBN : 2-85539-724-3

ISBN-13 : 9782855397245

ISSN : 0768-3944

Largeur : 19.5 cm

Hauteur : 28.5 cm

Poids : 0.6 kg

Nombre de pages : 295

Distributeur : EFEO Diffusion

Géographie : Chine

Langue : Français

Lieu : Paris

Support : Papier

Description :

II-293 p., 29 cm., broché

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Résumé

Le Wu-shang pi-yao, ou Essentiel des secrets suprêmes, est une vaste encyclopédie composée intégralement de citations de textes taoïste. Compilé, selon le Hsü kao-seng chuan, après la victoire de l’empereur Wu des Chou du Nord sur l’état de Ch’i, et à sa demande, c’est la plus ancienne encyclopédie taoïste qui nous soit parvenue. Elle est aussi une des mieux conçues, ainsi qu’en témoigne la table des matières complète retrouvée sous forme de manuscrit à Tun-huang : les cent chapitres que comportait, à l’origine, le Wu-shang pi-yao y sont subdivisés en deux cent quatre-vingt-huit sections, et ces sections sont, à leur tour, regroupées en quarante-neuf catégories. Ces différentes divisions correspondent, nous le verrons, à un plan systématique, qui fait du Wu-shang pi-yao bien plus qu’un ouvrage encyclopédie : une véritable somme de la religion taoïste à la fin du sixième siècle…

Table des matières

Première partie : introduction
  1. Contexte historique
  2. Les polémiques entre Bouddhistes et Taoïste
  3. Le Taoïsme du Wu-shang Pi-yao
    A. Le Wu-shang Pi-yao et les critiques des Bouddhistes
    B. L’univers du Wu-shang Pi-yao
 
Deuxième partie : Traduction de la table des matières complète retrouvée à Tun-huang
 
Troisième partie : Résumé du texte du Wu-shang Pi-yao
 
Quatrième partie : Liste des ouvrages cités
  Introduction
  A. Liste des textes dans le Tao-tsang
  B. Liste des textes perdus
  C. Liste auxiliaire
  D. Conclusion
 
Appendice : Notes bibliographiques
Abréviations
Bibliographie
Index

À propos de l'éditeur

Lagerwey (John)

Grand Rapids (Michigan, États-Unis), 1946

Membre de l'EFEO de 1977 à 2000

Après avoir obtenu un doctorat en lettres chinoises classiques de Harvard University en 1975 et effectué des études post-doctorales sur l'histoire du taoïsme à l'École pratique des hautes études, Ve section, 1976-1977, John Lagerwey est nommé à l'EFEO à partir du Ier juillet 1977. Il est affecté à Paris jusqu'en 1986, ensuite à Taiwan pour un an (1986-1987), puis à plusieurs reprises à Hong Kong (1989-1990, 1993-1995, 1997-1999).

En tant que secrétaire du projet Daozang jusqu'en 1985, il accomplit les recherches bibliographiques fondamentales sur l'ensemble du canon taoïste et rédige plus d'une centaine de notices sur les textes rituels du canon taoïste. Parallèlement à ce travail de caractère livresque et historique, il entreprend l'étude systématique du rituel taoïste vivant, à Taiwan d'abord, jusqu'en 1987, puis sur le continent chinois. La découverte, en 1987, des origines hakka de la tradition taoïste du Nord de Taiwan le conduit à s'intéresser aux questions d'ethnicité et de variété culturelle régionale en Chine. À partir de l'année 1992, il se consacre entièrement à la description ethnographique systématique des fêtes religieuses et de l'histoire des principaux lignages en territoire hakka dans les trois provinces du Sud-Est : Fujian, Jiangxi et Guangdong. Une bourse importante de la Fondation Chiang Ching-kuo lui permet, à partir de 1994, d'organiser un projet collectif avec les chercheurs de ces trois provinces sur le thème « Structures et dynamique de la Chine rurale ». Dès 1995, il crée la « Série sur la société hakka traditionnelle » (en chinois), dont dix volumes sont déjà parus. Les résultats de ces recherches contribuent à modifier profondément la notion de « culture régionale » et, partant, à transformer le sens des mots « Chine » et « Chinois ».

En alliant ainsi recherches historiques et antropologiques en coopération avec des partenaires locaux, J. Lagerwey s'inscrit dans la tradition de l'École. Ses séjours à Hong Kong ont conduit, en 1994, à la création d'un centre EFEO à l'université chinoise de Hong Kong, à partir duquel il dirige son projet sur les Hakka et organise des colloques internationaux : « L'ethnographie en Chine aujourd'hui : évaluation critique des méthodes et des résultats » (1998) et « Religion et société chinoises : la transformation d'un champs d'études et les conséquences pour l'étude des religions en général » (2000). Le but de ces colloques est double : faire le bilan des recherches accomplies, afin de mieux définir leurs lacunes ; développer le dialogue entre chercheurs occidentaux et chinois.

Lors de ses affectations en France, J. Lagerwey a donné des cours à l'université de Paris-IV, à l'université de Genève et à l'Institut catholique de Paris sur « L'Histoire du taoïsme », « L'Histoire du panthéon chinois » et « Le rituel taoïste ». Il a également édité deux volumes des Cahiers d'Extrême-Asie (EFEO-Kyôto) sur le taoïsme (1989-1990). Au sein de l'équipe CNRS « Centre d'anthropologie de la Chine du Sud et de la péninsule Indochinoise », il a mené une opération de recherche sur « Les techniques de communication avec l'Invisible », opération qui a débouché sur le volume 79/2 du BEFEO intitulé « Comportement rituel et corps social en Asie » (1992). Il quitte l'EFEO en 2000 pour occuper un poste de directeur d'études à l'EPHE.

Livres similaires