À propos - Laurent NESPOULOUS

Laurent Nespoulous est maître de conférences au sein du Centre d’études japonaises de l’Inalco et associé au laboratoire « Trajectoires. De la Sédentarité à l’État » (UMR 8215, Paris 1 Panthéon-Sorbonne). Auteur d’une thèse en archéologie sur la formation des premières sociétés agraires de l’archipel et l’émergence du pouvoir politique dans le Japon protohistorique, il est également l’auteur de nombreuses contributions sur les questions de patrimoine et d’archéologie au Japon, telles que, récemment : « De l’Empire à la Nation, de la Nation aux régions. Sur la construction et les évolutions du patrimoine et de l’archéologie préventive au Japon », dans Laurence Manolakakis, Nathan Schlanger et Anick Coudart, éd., Archéologie européenne : identités et migrations. Hommages à Jean-Paul Demoule, Leyde, Sidestone Press, 2017, p. 113-129 ; « Chichūkai, nishi Yōroppa kara mita Yayoi jidai to Kinki Yayoi shakai » 地中海、西ヨーロッパから見た弥生時代と近畿弥生社会 [La période Yayoi et les sociétés du Yayoi du Kinki vues depuis l’archéologie de la Méditerranée et de l’Europe de l’Ouest], dans Morioka Hideto 森岡秀人, éd., Shoki nōkō katsudō to kinki no Yayoi shakai 初期農耕活動と近畿の弥生社会 [Les premiers pas de l’agriculture et les sociétés Yayoi du Kinki], Tōkyō, Yūzankaku 雄山閣, 2018, p. 259-266 ; « Le Japon dans tous ses États ou comment l’archéologie permet de repenser l’histoire du Japon », dans Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia et Alain Schnapp, éd., Une histoire des civilisations. Comment l’archéologie bouleverse nos connaissances, Paris, La Découverte / Inrap, 2018, p. 462-469.