Le catalogue des Éditions de l'EFEO, riche d'environ 600 titres, propose des publications portant sur l'Asie, depuis l'Inde jusqu'au Japon, et couvrant un large spectre disciplinaire en sciences humaines et sociales (archéologie, histoire, anthropologie, littératures, philologie, etc.).
Ces publications, si elles s'adressent d'abord à la communauté scientifique, intéressent également un public attiré par les civilisations et sociétés d'Asie.

Arts Asiatiques 66 (2011)

Imagerie en Asie orientale

Collection : Arts Asiatiques

Numéro de collection: 66

Éditeur: Schmid (Charlotte), Debaine-Francfort (Corinne)

Édition: EFEO, Musée Guimet

Année de parution: 2011

Statut : Disponible

40,00

ISBN-13 : 978-2-85539-156-4

ISSN : 0004-3958

Largeur : 22 cm

Hauteur : 27 cm

Poids : 1,4 kg

Nombre de pages : 269

Distributeur : EFEO Diffusion

Géographie : Asie

Langue : Français, Anglais

Lieu : Paris

Support : Papier

Description :

Illustrations couleurs et n.&b.

En savoir plus Lire moins
Ce article a été ajouté au panier

Table des matières

Du sacré au quotidien
* Alain Arrault, Les calendriers chinois : l'image du temps, le temps dans les images
* Michela Bussotti, Images familières, images familiales : imprimés de la Chine rurale (XVe-XIXe siècle)
* Christophe Marquet, Figures divines et démoniaques : les Ōtsu-e, peintures populaires japonaises de l'époque d'Edo
* James Flath, Social Narratives in Yangliuqing Nianhua of the 1930s
* Philippe Papin, La diversité de l'imagerie vietnamienne et les figures de la vie ordinaire
* Olivier Tessier, Du geste au dessin - la vie à Hà-Nội au début du XXe siècle saisie par Henri Oger

De l'artisanat à l'art
* J. S. Edgren, Late-Ming Erotic Book Illustrations and the Origins of Ukiyo-e Prints
* Takagi Gen, L'illustration des romans populaires au Japon aux XVIIIe et XIXe siècles
* Hélène Bayou, Du Japon à l'Europe, changement de statut de l'estampe ukiyo-e
* François Lachaud, Les provinces de la nuit : quelques nocturnes de Kobayashi Kiyochika (1847-1915)

Publicité et Propagande
* Julien Faury, Mourir en scène : les portraits nécrologiques d'acteurs de kabuki au milieu du XIXe siècle
* Anne Kerlan, De la "qipao" au col Mao : richesse visuelle et thématique des magazines de cinéma chinois de la première moitié du XXe siècle
* Francesca Dal Lago, Les racines populaires de l'art de la propagande communiste en Chine : des gravures sur bois du Mouvement pour la nouvelle xylographie (xinxin banhua 新新版畫) aux nouvelles estampes du Nouvel An (xin nianhua 新年畫)
* Nora Annesley Taylor, De la parodie à la propagande La résistance anticoloniale vue par les graphistes vietnamiens à partir des années 1950

À propos de la collection

Arts Asiatiques

Revue annuelle consacrée aux arts et à l'archéologie de l'Asie, créée par les Musées de France en 1924. Depuis 1962, l'EFEO en assure l'édition, avec le concours du Centre national de la recherche scientifique et de la Direction des musées de France.

L'ambition de la revue est d'une part d'explorer et d'analyser l'ensemble des sources disponibles et l'évolution de la documentation ; d'autre part d'embrasser les différents domaines essentiels à l'intelligence des œuvres d'art - qu'il s'agisse de leur fabrication, de leur transmission ou des divers supports iconographiques : archéologie, anthropologie, histoire sociale, culture matérielle, histoire de l'art et des religions, épigraphie et autres sources textuelles.

En savoir plus

Arts Asiatiques est en ligne sur le portail Persée.

Instances éditoriales

La rédaction d'Arts Asiatiques s'appuie sur la Rédaction en chef, un Comité de rédaction parisien et un Comité scientifique international. Voir la liste des membres

Soumettre un article

Les articles soumis à la revue sont évalués selon un processus de double anonymat. Les évaluateurs appartiennent au comité de rédaction ou au conseil scientifique. La revue fait également appel à des évaluateurs extérieurs à ces instances. La décision de publication est prise après délibération collective du comité de rédaction.

Tout article reçu avant le mois de mai de l'année courante est examiné pour une publication dans le volume de cette même année.

Secrétariat de rédaction
ARTS ASIATIQUES
Musée Guimet - Panthéon Bouddhique
19, avenue d'Iéna
75116 PARIS
arts.asiatiques@efeo.net

​Télécharger les instructions aux auteurs [PDF 404 kb]

À propos de l'éditeur

Schmid (Charlotte)

Archéologie du monde indien

Les séjours en Inde de Charlotte Schmid marquent les étapes principales de son parcours de recherche. Son affectation, en septembre 1999, dans le centre EFEO de Pondichéry articulent ainsi deux volets scientifiques correspondant à deux espaces de la péninsule Indienne, le Nord et le Sud, qui s’entrelacent dans sa recherche aujourd’hui. Après un Essai de définition d’une culture coloniale, la Bactriane grecque d’après les données archéologiques et les textes, portant sur le matériel d’Aï Khanoum, la plus importante colonie grecque d’Asie Centrale fouillée à ce jour – ce qu’on appelle grec, indien, centre-asiatique, nomade, envahisseur… comment le nomme-t-on ainsi –, des études classiques (grec, latin, École du Louvre), l’apprentissage du sanskrit et la lecture de La Grande Route de l’Inde de Bactres à Taxila d’Alfred Foucher, l’ont convaincue de la nécessité du contact avec le terrain. Son doctorat, dirigé par le professeur Gérard Fussman qui l’avait inspiré, porta donc sur les premières représentations figurées en Inde septentrionale d’une divinité de la bhakti hindoue, Kṛṣṇa ; son affectation à Pondichéry l’a menée vers des recherches sur l’apparition des divinités de bhakti dans le pays tamoul.

Si elle s’est engagée sur la route de l’Inde, c’est qu’elle mène à un pays accessible (où elle a séjourné dès 1990), qui offre un terrain privilégié pour l’étude croisée d’un double corpus, textes et matériel archéologique au sens large, tel celui mené à Mathurā. Aujourd’hui ville indienne de taille moyenne dont les cultes krishnaïtes ont forgé l’identité culturelle durant les derniers siècles, Mathurā abrite une mosquée du XVIIe siècle tandis que des vestiges jaïns, bouddhiques et çivaïtes en attestent l’importance artistique et cultuelle dès les environs de notre ère. C’est une ville qui pèse son poids de mythe. Dans le contraste entre une documentation ancienne et matérielle et la profusion des documents modernes et contemporains de tous types, la force du lien qui, dans les textes, fait de Kṛṣṇa l’enfant de Mathurā pose la relation entre le dieu et la ville comme une construction sur les conditions de laquelle C. Schmid s’est interrogée dans Le Don de voir, premières représentations krishnaïtes de la région de Mathurā.

À cette problématique du rapport entre le texte et l’archéologie dans la partie nord de la péninsule font écho les recherches menées dans des espaces différents et sur des périodes plus documentées, avec l’affectation en Inde du Sud pendant quatre ans au centre EFEO de Pondichéry. Ce centre lui a donné accès à un terrain autre, dont celui d’un travail avec des lettrés traditionnels, et C. Schmid a commencé l’étude des données tamoules. Affectée à Paris depuis 2003, elle y poursuit des recherches sur la représentation figurée des divinités de l’hindouisme en Inde ancienne que nourrissent le savoir des lettrés traditionnels et la documentation archéologique (monuments, sculptures, inscriptions). Des temples in situ, pourvus de dizaines d’inscriptions et de sculptures en place, élevés entre le VIe et le XIIe siècle, et l’ensemble des textes qui s’y rapportent, de caractère le plus souvent dévotionnel, constituent la base d’un travail exposé entre autres dans Sur le chemin de Kṛṣṇa : la flûte et ses voies et La Bhakti d’une reine.

Ses séminaires sur l’épigraphie et l’iconographie du pays tamoul sont l’occasion de nombreuses discussions avec les étudiants et les collègues rencontrés, entre autres, à la 5e section de l’École pratique des hautes études à laquelle son enseignement est rattaché. Les échanges avec ses collègues archéologues de l’EFEO et son insertion dans le projet du Corpus des inscriptions khmères (CIK), constituent l’Asie du Sud-Est en horizon de recherche. La rédaction en chef d’Arts Asiatiques et le comité éditorial du Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient donnent à ces échanges tout le loisir de s’exprimer.

>> CV

Livres similaires